AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Boys will be boys... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erebos Lilith
Peuple de Crystania / Modo
 Peuple de Crystania / Modo
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2008
Age : 36

Autres
Métier: Videur du Rodéo Night
Age du personnage: 31
maître de /esclave de: Personne.

MessageSujet: Boys will be boys... [PV]   Jeu 17 Avr - 3:13

Je suis en salle. Rester postré à l'entrée n'a jamais été ma tasse de thé. Me retrouver tel un arbre planté à l'entrée de la boîte n'a jamais été quelque chose de très excitant, et ça n'arrange en rien mes recherches.
Deux longs mois que je n'en ai plus vu un. Ils étaient pourtant au moins deux cents à débarquer sur Enya. Et depuis que je me suis mis à les traquer, je n'en ai même pas liquidé vingt. A peine dix pour cent.
Certains sont hors d'atteintes car trop hauts placés et je n'ai malheureusement pas encore le moyen de les approcher. Surtout depuis l'attentat. Kakumei m'a été bien utile, j'aimerais qu'il le soit encore plus. Il va me falloir me montrer plus ambitieux sans tomber dans l'excés. Il ne manquerait plus qu'il se doute de quelque chose, et s'il y a bien une personne dont il est mauvais d'être dans le colimateur, c'est bien le boss.

Je regarde ma montre, il est deux heures du matin. Plus que quatre heures. Ca passe trop vite. Mais je suis trop concentré sur les Crystaniens, il faut absolument que je fasse aussi ce que je suis sensé faire ici, que je justifie un peu ce salaire généreux que les autres employés m'envient. Etant considéré comme l'adjoint du directeur, il faut au moins que je m'implique plus que les autres, sans quoi cette sorte de couverture n'en serait pas vraiment une.
J'entends du grabuge au niveau de l'entrée, je m'approche. Une blondinette - c'est comme cela que j'aime appeler les Dansalien - et une brunette (comme ça, pas de jaloux) s'échangent de merveilleux mots doux. Comme c'est charmant. Le videur essaie de calmer le jeu mais rien n'y fait. Allons-y donc. Je pose ma main sur l'épaule de mon collègue. Il se met en retrait.


- Vous deux, votre carte de membre.

Leurs airs ahuris de jeunes adolescents prépubères en disent assez. Tout comme les mots qu'ils venaient de prononcer une minute plus tôt.
Ils me parlent de leur parents soient disant haut placés, et bla bla bla. Rien à fautre. Pas de carte de membre, pas d'entrée. Je regarde un Enyan qui me monrte la sienne. L'esclave d'un Crystanien arrivé trente minutes plus tôt. Je le laisse entrer. Les deux jeunes Lytrath protestent. Le message était pourtant clair.


- Dégagez tout de suite si vous ne voulez pas que j'emploie la manière forte.

Dans la file d'attente, un silence tombe pendant quelques secondes. Les regards se dirigent vers les deux rebelles. Un murmure s'élève à leur intention.

- Partez, vaut mieux ne pas affronter la colère de Lilith....

D'autres confirment. Ma réputation n'est plus à refaire. Certains me craignent, d'autres m'admirent, beaucoup me dédaignent, mais la plupart me respectent. "Lilith" agit comme une brise glacée entre les lèvres des plus couards. Savoir que mon nom devient célèbre ne m'emplit par de fierté ou d'orgueil. Au contraire, ça ne m'arrange pas vraiment. J'aurais préférer rester un fantôme. Mais ma quête ne me le permets pas. Dans ce monde impitoyable, il faut se faire un nom si on veut vraiment vivre de ses objectifs. Mon but, c'est d'éliminer les babyloniens. Et tant pis si je me fait remarquer. Il va juste falloir jouer serré, ruser, mais surtout, garder la tête froide.

Je retourne en salle, un VIP de Dansale va bientôt arriver, Kakumei tient à ce que son accueil soit le meilleur.
J'ai parfois l'impression de faire le larbin. J'espère qu'il ne s'attend pas à un accueil mielleux comme mes prédecesseurs ont eu coutume de faire. Maintenant, c'est moi qui occupe ce rôle, je vais pouvoir avancer. Et quelle que soit la personne que j'ai en face de moi, ça ne fait pas de différence pour moi. Je l'escorte comme prévu jusqu'à son emplacement privé, je m'assure qu'il soit bien installé, et que tout soit à sa convenance, et basta.

_________________
Responsable de l'extinction de Babylone, recherche ses survivants pour les exterminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/frenchsingerrobert
Kiro Leysuke
Peuple de Dansale/ Admin
  Peuple de Dansale/ Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 20/01/2008

Autres
Métier: Directeur du Dark Side Palace
Age du personnage: 38 ans
maître de /esclave de: Lui-Même

MessageSujet: Re: Boys will be boys... [PV]   Jeu 17 Avr - 21:21

Décision difficile à prendre : le lundi, le mercredi ou le dimanche ? Kiro se devait d'instaurer un jour de fermeture pour le Dark Side Palace. Oh, les affaires allaient, très bien même très très bien, c'était bien ça le problème. Désormais c'était moins la maison close tenue dans les règles de l'art dont Kiro rêvait qu'une usine à baise. Et ceci n'était pas pour lui plaire. Il aurait fallu créer une franchise ailleurs. Peut-être dans un autre coin de la ville, mais diviser ses biens n'était pas forcément une bonne chose. Il valait mieux pouvoir tout garder sous la main. Pour autant la vraie raison de cette fermeture est de diminuer la fréquentation du Dark Side Palace. Tout s'emmêlait en un mic mac brouillon indéfinissable. Il fallait qu'il se détende, ses neurones allaient tous fondre sinon. Et voir de la cervelle sortir de ses divines oreilles, Kiro avait le sentiment que ce n'était pas quelque chose d'agréable.

Ses pas le menèrent au garage alors que la nuit était tombée depuis un bon moment. De nombreuses choses avaient changés mais certains traits de personnalité restaient fermement ancré. Oiseau de nuit, et ce pour toujours. Il y trouva son chauffeur sa voiture ( nouvelle acquisition moins tape à l'œil que la limousine ). Un seul regard suffit pour que la porte lui soit ouverte. Fesses sur le siège arrière :


- Le Rodéo Night.

L'influence des habitudes....
L'ordre était autant pour son chauffeur que pour son téléphone graphique qu'il venait de mettre sous tension. Une petite musique d'attente et bientôt le visage avenant et éblouissant d'un hôte fit son apparition.


- Le Rodéo Night vous souhaite la bienvenue, monsieur Leysuke. Nous ferrez-vous le plaisir de votre présence ce soir ?

Lèche-bottes. Mais c'est son travail après tout, on ne pouvait pas lui en vouloir. Quand bien même ce sourire hypocrite était désagréable. L'hypocrisie lui était toujours désagréable. C'est bien pour ça qu'il en usait et abusait avec tout le monde. Ouais. Avec tout le monde.


- En plus d'être insolemment beau, vous êtes perspicace, jeune homme. Réservez-moi une isolée, mais avec vitre fumée. Et évidemment, le classique champagne.

Le compliment fit à peine rougir son interlocuteur. Oui, tu as l’habitude de ce genre de compliment hein ….

- Bien entendu monsieur. A quelle heure comptez-vous arriver ?

- Dans une petite heure. Une escorte serait appréciée.

Kiro n’attendit pas plus longtemps et rabattit l’écran sur son socle. Une heure était largement suffisant pour arriver, le Rodéo Night n’étant pas trop éloigné du centre ville. Cette petite heure, il la passa à essayer de se vider la tête. En vain. Les problèmes étaient trop présents et trop importants pour qu’il se permette de les évincer aussi facilement. S’il n’y avait qu’une histoire d’éthique dans cette histoire cela serait beaucoup plus simple. Il ferait comme d’habitude, il renflouerait cette sensation au plus profond de lui, montrant au grand jour l’abjecte Kiro, celui qui se fout de tout, celui qui prend les autres pour de la chair à canon et qui ne se souci que de lui et de son argent. Il ouvrirait un nouveau DSP, peut-être plus spécialisé, séparant garçons et filles peut-être, il ferait plus d’argent, il serait encore plus puissant etc … etc …

Mais justement. La puissance, l’apparat et le pouvoir, il devait y renoncer un petit peu pour quelques temps. Et c’est bien ça qui l’inquiétait et lui prenait la tête. Se faire discret pendant un certain temps. Ne plus faire de choses risquées. Peut-être que cela allait durer un mois, six mois un an voire trois, mais jusqu’à ce que tout cela s’arrange, il fallait qu’il reste Kiro Leysuke, régent et propriétaire du Dark Side Palace tout en ne se faisant pas remarquer. L’attentat a irrité pas mal d’esprits, échauffé les vindicatifs, et les lytraths allaient sûrement être encore plus exécrables avec les enyans qu'à l'accoutumée.


- Nous sommes arrivés, monsieur.

Kiro n’avait même pas vu arrivé le Rodéo Night, tout perdu qu'il était dans ses pensées. Pourtant ce n’est pas le genre de bâtiment que l’on loupe. La voiture s’arrêta devant l’entrée de la boîte de nuit, la file d’attente était longue.

- Restez près d’ici, comme d’habitude.

Kiro ouvrit la portière, sans attendre quelconque attention, et traversa la route en direction de l’entrée. Il était VIP, même s’il n’aimait pas ce terme, et c’est bien pour ça que les files d’attente n’étaient pas pour lui. Peut-être que c’était une mauvaise idée au final. Raaaah ne pas savoir se décider. Ca, ça n’avait pas changé d’un poil hein. Un jour il arriverait à savoir ce qu'il veut, si si je vous jure.
Les lytraths, autant dansaliens que crystaniens, les enyans, tous ou presque avaient le regard sur lui. Ouais, pour la discrétion on pouvait repasser hein. En même temps il n’avait jamais été une personne discrète.
D’extérieur, c’était un dansalien sur de lui qui grillait toute la file d’attente, le genre de personne de qui émane un charisme naturel et envahissant. Dans son cas, se faire discret était peut-être le meilleur moyen de se faire remarquer.

*Je suis Kiro Leysuke, un dansalien imbuvable qui ne se prend pas pour la dernière des merdes mais bien pour une divinité vivante*

Son regard se fit méprisant, sa démarche hautaine, et enfin il se présenta aux vigiles qui le laissèrent passer. Le jeune homme qui lui avait parlé une heure plus tôt l'attendait, pour s'assurer qu'il n'y avait pas de problème à l'entrée de la boîte.

- Je vous présente tout de suite à votre escorte, Monsieur Leysuke.


[voilà fini, je te laisse faire avec Erebos, Kiro le suivra de ttes façons Very Happy]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erebos Lilith
Peuple de Crystania / Modo
 Peuple de Crystania / Modo
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2008
Age : 36

Autres
Métier: Videur du Rodéo Night
Age du personnage: 31
maître de /esclave de: Personne.

MessageSujet: Re: Boys will be boys... [PV]   Sam 31 Mai - 11:54

Apres m'être assuré de la présentation nickelle de la salle privée, j'y fais poster à l'entrée deux agents de façon à m'assurer que rien ne viendra la désordonner. D'habitude, ce n'est pas moi qu'on appelle dans ces cas là, mais la personnalité qui occupera cette isolée n'a rien à voir avec les petits truands ou autre politicien véreux qui ont coutume de venir. Il n'est pas seulement question d'argent visiblement. Mais également de notoriété.
Avec un soupir visiblement non dissimilé, démontrant mon agacement aux yeux de tous à l'idée de faire la nounou quelques instants, je descends au niveau zero et me dirige vers l'entrée. En passant, j'attrape par le bras un Lytrath interdit d'entrée depuis la veille mais qui, je me demande bien comment, a réussi à s'infiltrer dans le night-club. Sans m'arreter et sans même lui adresser un regard, je lui lance d'un ton sec.


- Il me semble que tu n'es pas le bienvenu en ces lieux tant que tu n'as pas régularisé ta note, n'est-ce pas Bud ?


Il tente de bredouiller quelques mots presqu'incompréhensible, puis reprend une certaine assurance en essayant de dégager son bras.


- Allez Lilith, laisse-moi rester, il faut absolument que je vois quelqu'un ici, c'est tres important !

- Rien à foutre. Règle tes affaires foireuses en dehors de ces murs. Si tu veux pas qu'il arrive la même chose à la droite, tiens-toi tranquille.

Bud grimace à l'idée de sentir à nouveau cette douleur de doigts brisés. La veille il avait dépouillé pas loin de 150 personnes grâce à son dangeureux talent de pick pocket. Ma réaction avait été directe: une simple pression des doigts et ceux de sa main gauche avaient été presque broyés.
A présent à l'entrée, je le jette dehors. Il n'oppose aucune résistance. Il semble complètement désemparé, voire paniqué. Ja hausse un sourcil, le regardant s'éloigner. Il y a pire menace que lui. Au fond, ce bougre n'est pas dangereux. Son pouvoir se limite à une extrème rapidité, mais de courte durée. Il n'a que 16 ans. Je secoue la tête, le plaignant intérieurement. Mais bon, je faut que je fasse ce pourquoi Kakumei me paie.

Revenons à nos moutons. Je retourne l'intérieur pour m'occuper de cette blondinette que je viens de croiser. Kiro Leysuke, d'après l'info que l'on m'a communiqué. Durant le bref instant où "accompagnant" Bud, nos regard se sont percuté, j'ai compris tout de suite que ça n'était pas n'importe qui. Des Lytraths hautains, j'en croise tout le temps. Celui là entre dans cette catégorie, mais il y a quelque chose en plus que je ne saurait définir. Ce dont je suis persuadé, c'est qu'il est puissant. Intéressant.
Je l'accueille.


- Monsieur Leysuke, bonsoir et bienvenue au Rodeo-Night. Je suis Erebos Lilith et je suis chargé ce soir de vous escorter jusqu'à votre salon privé.
Si vous voulez bien me suivre.


Pas de sourire forcé. Pas de sourire d'ailleurs. Une politesse quasi commerciale, de l'assurance dans les paroles. Rien de mielleux, juste les mots nécessaires. D'un claquement de doigts j'interpelle un autre agent qui se chargera de fermer la marche.
A travers la salle, les regards se tourne vers nous. Ils sont à la fois craintifs et admiratifs, envieux et dédaigneux, mais sourtout impressionnés.
Ils s'écartent de notre passage, ainsi l'arrivée à la salle se fait sans encombre. Ou presque.
Un pied de flûte à champagne brisée se dirige vers moi alors que nous arrivions à destination. Il arrete sa course dans les airs, y restant suspendu. Je regarde autour de nous. Un grand nombre de personnes pourrait être suspectes. Je soupire puis regarde à nouveau le pied de verre. Je fronce les sourcil. D'apres la trajectoire, je n'étais pas la personne visée. Je me retourne, croisant le regard de l'invité. Je ne suis pas surpris de savoir qu'il n'a pas que des amis dans les environs.


- Nous sommes arrivés.

Je regarde le projectile, toujours lévitant. Je sors un morceau de tissu de ma poche et l'enveloppe. Et je le remets dans ma poche. Ceci étant considéré comme une arme, il serait idiot de le laisser à la vue d'un enyan rebelle....

Je hausse les épaules et ouvre la porte du salon.


- Je vous en prie, installez-vous. Un serveur va venir prendre votre commande. A coté du fauteuil il y a un interrupteur bleu relié à mon oreillette. Si vous avez besoin de mes services, il vous suffit d'appuyer. L'interrupteur rouge est relié au bar.
Je vous souhaite une bonne soirée.


Je prends congé, prêt à regagner la foule bruyante.

_________________
Responsable de l'extinction de Babylone, recherche ses survivants pour les exterminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/frenchsingerrobert
Kiro Leysuke
Peuple de Dansale/ Admin
  Peuple de Dansale/ Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 20/01/2008

Autres
Métier: Directeur du Dark Side Palace
Age du personnage: 38 ans
maître de /esclave de: Lui-Même

MessageSujet: Re: Boys will be boys... [PV]   Jeu 12 Juin - 1:11

Kiro lança un oeil vers le type que lui désignait son hôte. Crystanien. Grand, au regard d'acier. De quoi faire peur, exactement le genre de type que le Rodéo Night aime à employer. Celui-là devait avoir grimpé les échelons sans se donner du mal. La preuve de ses réflexions internes survint quelques secondes plus tard quand le crystanien en question balança un jeune dehors. Kiro était resté dos à la scène, se fiant tout simplement à son oreille pour savoir ce qu'il s'y passait. Il convenait des derniers détails avec son hôte lorsque le crystanien vint vers lui.

- Monsieur Leysuke, bonsoir et bienvenue au Rodeo-Night. Je suis Erebos Lilith et je suis chargé ce soir de vous escorter jusqu'à votre salon privé.
Si vous voulez bien me suivre.


Un simple signe d'acquiescement de la part de Kiro. Ainsi tu te nommes Erebos Lilith. Kiro nota ce nom sans dire le moindre mot. L'énergumène était poli mais sans être hypocrite. Ca changeait de ce dont il avait l'habitude, et ce n'était pas plus mal. Le crystanien l'invitait déjà à le suivre, mais Kiro prit le temps de draguer un peu son hôte. Un si joli visage, ça mérite qu'on prenne le temps non ?

- Dès que tu as fini ton travail, viens me voir.... Histoire qu'on papote...

Un sourire fin et un regard intense en guise d'aurevoir. La main de Kiro s'était glissée fugacement sous les vêtements du jeune homme et l'avait fait frémir. Cette fois les rougeurs sur les joues ne passaient pas inaperçues. Il s'était approché de si près qu'il avait pu entendre le pouls de sa vicitme dans son cou. Ah ah ah c'était l'un de ses jeux préférés, perturber les jeunes éphèbes, les destabiliser, leur faire ressentir au plus profond d'eux que ce leur beauté ne leur servait à rien dans ce monde, qu'il était illusoire de croire que grâce à elle, ils pourraient s'en sortir. D'ailleurs il allait sûrement devoir redemander sa présence ce soir, il n'allait pas venir de lui-même. Il commençait peut-être à être vieux, mais c'était pas un pédophile non plus ! D'ailleurs il ne faisait pas son âge.... Tseuh ...

Escorté par deux gardes du corps, Kiro avançait tranquillement entre les deux gros bras vers sa pièce isolée. La plupart du temps les personnes richissimes comme lui usaient aussi de leur privilèges, mais au lieu de se cahcer aux autres, ils s'exhibaient sur des estrades faussement tamisées. Toute une mise en scène pour se montrer sans en avoir l'air. Kiro ne pouvait pas. Il avait l'habitude des regards sur lui, et les supportait bien, mais de là à se vautrer dans la célébrité.... C'était vulgaire et dégradant. De plus ces derniers temps il ne devait pas s'amuser à ces bêtises.

En parlant de regard, lors de son passage, les yeux de la foule étaient sur lui. Pas étonnant, ce n'est pas tout le monde qui avait le droit à une escorte pareille. Un petit sourire vint relever le coin de sa bouche, lui donnant un air suffisant et satisfait. Les ignorants sont enviables. Kiro mettrait sa main à couper que tout ceux dans cette salle qui lui enviait sa place la lui redonnerait au bout de trois jours. Le dansalien était fort de son caractère et de son expérience. Il savait diriger, planifier, prévoir. Cela se rapprochait presque de l'art de la guerre, sauf que les armes sont plus pernicieuses et les conflits sont cachés. L'ambiance n'était pas très chaleureuse alentour. Un sifflement dans l'air l'obligea à concetrer son attention sur l'espace à sa droite. Quelque chose se dirigeait vers lui à grande vitesse, ou en tout cas dans sa direction. En un instant Kiro avait sorti son briquet prêt à fondre n'importe quel matériau et empêcher cet objet ( si quelqu'un balançait un humain, je crois ça se verrait ..... ) de l'atteindre. Mais ce ne fut pas nécessaire. Erebos l'avait arrêté avant. Une flûte de champagne. Enfin ce qu'il en restait. Kiro transforma son geste, il sortit une cigarette de nulle part et l'alluma avec son briquet. Style xD. Et au moment où il referma son briquet, il croisa de nouveau le regard d'Erebos qui rangeait l'objet contondant dans un mouchoir, puis dans sa poche.


- Je vous en prie, installez-vous. Un serveur va venir prendre votre commande. A coté du fauteuil il y a un interrupteur bleu relié à mon oreillette. Si vous avez besoin de mes services, il vous suffit d'appuyer. L'interrupteur rouge est relié au bar.
Je vous souhaite une bonne soirée.


C'est qu'il était sexy quand il parlait comme ça, son escortboy.... En pénétrant dans la salle, Kiro commença à enlever son manteau pendant qu'Erebos lui sortait le baratin habituel. Comme s'il ne connaissait pas la signification des boutons bleus et rouges.

- Vous n'êtes pas d'ici n'est-ce pas .... ?

Kiro s'était tourné vers Erebos. Le crystanien lui tournait déjà le dos. Quoi, il était si chiant que ça que monsieur voulait retourner à son boulot de râcle-merde ?

- Et en plus vous êtes nouveau.....

Il n'y a que les nouveaux pour ne pas savoir que Leysuke était un habitué des sales isolées.

- J'espère que vous trouverez ce que vous êtes venu chercher à Pasiphae.... Erebos.

Roooh quelques petites familiarités n'étaient pas très graves. D'ailleurs Kiro s'en moquait déjà, tout occupé qu'il était à enlever sa veste, défaire sa cravate et s'asseoir doucement dans le fauteuil confortable de sa salle privée. Bientôt, il se servirait du rouge pour commander à boire, il ruminerait dans son coin en observant tous ces jeunes se trémousser sur de la musique bon marché, et il somnolerait jusqu'à ce que l'envie de rentrer le prenne. Sans doute que ce soir encore il ne rentrerait pas sobre.

_________________
- Doyen du Forum -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erebos Lilith
Peuple de Crystania / Modo
 Peuple de Crystania / Modo
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2008
Age : 36

Autres
Métier: Videur du Rodéo Night
Age du personnage: 31
maître de /esclave de: Personne.

MessageSujet: Re: Boys will be boys... [PV]   Jeu 26 Juin - 10:18

Je marque un temps d'arrêt, la main sur la poignée métallique de l'isolée, lorsque Leysuke prononce cette dernière phrase. Ce n'est pas vraiment le fait qu'il m'appelle par mon prénom qui m'interpelle. Mais plutôt la globalité de sa phrase. Qu'est-ce qui lui fait croire que je recherche quelque chose ? Peu importe, il est hors de question que je laisse entendre cela, et décide d'ignorer tout simplement les mots qu'il vient de prononcer. Tout comme le fait qu'il imagine que je sois nouveau. Je ne suis certes pas très ancien dans la société, mais ça fait quand même quelques mois. Nos chemins ne se sont tout simplement jamais croisés, du moins, pas de si prés. Là aussi, je ne dirai rien. Qu'il croit ce qu'il veut, je m'en fiche. Je l'ai exceptionnellement escorté ce soir, peut-être ne le reverrai-je plus, ce qui ne serait d'ailleurs pas plus mal. Même si quelque chose d'intéressant se dégage de ce type, j'ai comme l'impression qu'il m'attirerait plus d'ennuis qu'autre chose si je décidais de me servir de lui.

Je sors donc de la pièce et fais un tour de salle. Je regarde les gens sans vraiment les voir. Autour de moi flottent des effluves de luxures, de drogues, d'alcool. Des billets glissent de mains en mains, d'une discrétion assez mal dissimulée. Je croise des regards qui en disent long sur ce que leurs propriétaires recherchent. Je ne leur cède pas, ce qui ne leur déplait pas tant que ça en fin de compte.
Je pousse un gros soupir. Je vais prendre quelques minutes.
Passant par une issue derrière le bar, menant aux vestiaires des employés, je passe une porte qui mène à une ruelle peu éclairée, tout en sortant un petit paquet de cigarettes - maison cela va de soi. J'en porte une à mes lèvres... sans l'allumer. Je cherche dans les poches de mon futal la petite flamme indispensable. Je ressors un petit paquet d'allumettes, avec l'enseigne du night club comme emblème. Je l'ouvre, m'apprêtant à découvrir l'auteur de ce dépôt dans ma poche. Pas de nom. Un numéro de téléphone, avec un message.
Petit sourire, puis je craque une allumette. Je remets le paquet dans ma poche en avalant une bouffée de ce mélange d'herbes babyloniennes aux vertus relaxantes tout en développant mes capacités sensorielles. Je fais le vide dans mon esprit, alors que des bruits de pas attirent mon attention. Je dirige mon regard vers le fond de la ruelle alors que la silhouette d'un homme de taille moyenne se dessine dans cette semi-obscurité. Il ne m'est pas inconnu. Il sourit.
Il ne me faut pas plus d'une demi-seconde pour comprendre que quelque chose ne va pas. Alors que mon pouls se met à s'accélérer soudainement, il prend la parole.


- Ca fait un moment que je t'observe, Erebos. J'ai eu du mal à te reconnaitre. Tu me sembles en forme.

Il me regarde attentivement, puis son sourire s'élargit bien plus encore.

- Tu as pris l’habitude de prendre une pause à cet endroit, sauf que tu allumes rarement ta cigarette. Serait-ce ta rencontre avec Leysuke qui te met dans cet état ? Ou bien est-ce le fait que tu n’as pas dormi depuis 3 jours ?

Je fronce les sourcils me mettant sur mes gardes plus qu’à l’accoutumée. Ce type sait bien beaucoup de choses alors qu’il m’est impossible de savoir d’où j’ai pu le rencontrer. Il se détache de la pénombre, je distingue un peu mieux les traits de son visage grâce au faible éclairage provenant de la porte. Crystanien, la quarantaine. Un costume trois pièces, sobre, élégant. Je tire une nouvelle fois sur ma cigarette alors que je réalise enfin qu’il manque un morceau sur la partie supérieure de son oreille gauche, dissimulé de façon charmante par une mèche de cheveux. La réalité me frappe alors que je sens mon sang affluer à contre sens dans mes veines.
- Aiakos…

Le dénommé ainsi éclata de rire avant de bondir sur moi sans que je puisse faire le moindre mouvement. Son poing vient se ficher dans mon estomac avec une violence inouïe, enchainé par un autre en plein dans ma mâchoire. Le goût de sang dans ma bouche, je le recrache. J’ai à peine le temps de me redresser qu’une succession de coups de poing aussi durs que le métal fusent sur diverses parties de mon corps tandis que, un sourire carnassier aux lèvres, Aiakos se déchainait sur ma personne. Ses membres prirent de l’ampleur, faisant craquer les coutures de son ensemble hors de prix. On pouvait apercevoir sa liqueur de vie rouler dans ses veines hypertrophiées.

- Dis moi Erebos, quel goût avait ma chair, hein ? Comment as-tu pu survivre sans pouvoir, toi le rejeton maudit de tous, même de notre village!!!! Comment as-tu pu débarquer sur Enya!!

Aiakos commet alors une erreur que je ne risque pas de laisser passer. Il me tourne le dos un bref instant. J’entre aperçois cette marque familière que devient dès lors, le déclencheur de ma furie. Aiakos me balançant un magistral coup de pied qui ne me fait même pas tituber, malgré toute la puissance de mon adversaire. Plus loin par terre, j’aperçois ma sèche incandescente. J’ai envie de la fumer.
Je lève les yeux, fixant ceux de ce Babylonien bien moins élégant que tout à l’heure à son arrivée. Dès lors son expression change. Il semble avoir compris. Mais c’est trop tard, il ne peut d’ores et déjà plus bouger. Je me dirige vers cette cigarette, précieuse. Je tire une bouffée. Si tout à l’heure elle me détendait plus qu’autre chose, à présent, je ressens bien plus la douleur qui me tiraille le corps. Fixant ma future victime, je tire une nouvelle fois sur ma cigarette alors que le corps d’Aiakos se retrouve projeté contre le mur de brique faisant face à la porte par laquelle je suis ressorti tout à l’heure. Je m’approche de son oreille droite, que j’attrape entre mes dents. Je tire un coup alors que ma victime pousse un cri de douleur et d’effroi. Il est terrifié, je le sens.
Je crache le morceau de cartilage ensanglantée et le refixe.

- Toujours le même goût infect Aiakos.
Tu as commis l’erreur de croire que j’étais faible. Sais-tu au moins que Babylone n’existe plus ? Que les derniers survivants sont ici, sur Enya ?


Il vient de comprendre. Peut-être aurait-il mieux fait d’attendre encore un peu avant de me sauter dessus. La patience n’a jamais été son fort. Maintenant il réalise qu’il ne lui reste que quelques instants de vie, cette vie minable et inutile.
Je tire une nouvelle fois sur ma cigarette, j’ai oublié la douleur. Aiakos perd de sa puissance, ses muscles reprennent leur forme d’origine tandis que ses membres s’allongèrent ou presque, contre son gré. Bras et jambes subissent un écartèlement impitoyable. Le cri du babylonien agonisant retentit dans la nuit sombre, tandis que je finis ma cigarette. Je recule de quelques pas, jetant le mégot au sol. Les quatre membres d’Aiakos s’arrachent du reste de son corps tandis que j’écrase du pied ce qui reste de ma clope.
Puis je rentre à nouveau dans le night club, tout en essuyant d’un revers de la main, ce sang qui s’était écoulé de ma lèvre quelques instants auparavant. Je passe aux vestiaires, réajustant ma tenue devant un miroir. Quelques taches de sang maculent mon col. Je change donc de chemise, optant cette fois pour une noire.
J’ai encore le goût de sang dans la bouche, mon expression du visage est durcie à l’extrême. Je m’en fous. Je suis satisfait. Cette fois, l’agneau est venu à moi. J’ai eu de la chance.

_________________
Responsable de l'extinction de Babylone, recherche ses survivants pour les exterminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/frenchsingerrobert
Kiro Leysuke
Peuple de Dansale/ Admin
  Peuple de Dansale/ Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 20/01/2008

Autres
Métier: Directeur du Dark Side Palace
Age du personnage: 38 ans
maître de /esclave de: Lui-Même

MessageSujet: Re: Boys will be boys... [PV]   Jeu 3 Juil - 22:54

- ...

Pffff, alors là franchement, Kiro n'avait qu'une envie c'était d'aller lui en coller une. Il appuya rageusement sur le bouton rouge, plusieurs fois même, tout en marmonnant dans sa barbe ( qu'il n'avait pas *D* ).

- La soirée commence bien ..... saloperie de crystaniens, tous aussi cons les uns que les autres ....

Il rappuya sur ce fichu bouton.

- Allons bon, est-ce que tout le monde s'est donné le mot pour me faire chier ce soir >< ! ! !

Au moment où il allait décider de plier bagages et partir rejoindre son appartement, où là, au moins, il était sûr d'être servi, un serveur entra dans la pièce.

- Que désirez-vous Monsieur ?

- QU'ON VIRE CET ENFOIRE DE CRYSTANIEN INCOMPETENT ! !

- o_O ...... ^^'' euuh ...

- Une double vodka sunrise, un J&B on the rocks et des framboises è__é ! ! Et j'les veux fraiches les framboises, et sans p'tites bêtes dedans sinon j'vous les fais bouffer >< !

- Oui monsieur ...

Le serveur s'empressa de partir. De nouveau seul. RAAAAAAAAAAAAH ! ! !
Kiro se laissa tomber dans son fauteuil. Ce serveur ne devait pas être habitué aux caprices des VIP, vu comme il était parti en catimini. Parce que ce qu'il venait de faire était un caprice monumental. Il le savait mais assumait complètement. Il était venu ici pour passer un temps soit peu une bonne soirée et voici qu'un enc*** de crystanien la lui gâchait d'entrée de jeu. Saloperie. Faudrait tous les exterminer.


- Mazette .... Je deviens aigri avec le temps.....

Lui, prôner la guerre Dansalo-Crystanienne ? Depuis quand ? Il se passa la main sur les yeux. On va mettre ca sur le compte de la fatigue, hein. Que c'était loin tout ça. Avant il pensait que la pire partie de sa vie était déjà derrière lui. Et bien, ces derniers temps il remettait sérieusement cette affirmation en doute. Son regard se posa sur la foule, derrière la vitre fumée. C'était plutôt une bonne soirée dans l'ensemble pour le Rodéo Night, pas trop de bagarre, de la bonne musique..... Que c'était ennuyant. Kiro se leva, déserra sa cravate et sortit de la pièce, se faisant envahir par le bruit assourdissant de la musique. Un employé de la boite gardait sa porte.

- C'est toi qui est de corvée ce soir .... J'en suis désolé. Quand le serveur reviendra, dis lui de poser les verres sur la table. J'ai besoin de m'aérer.

- Vous voulez que je vous accompagne ?

- Non, je m'occupe de ma personne mieux que quiconque. Par contre, mon porte-feuille et mon costard sont de vrais gamins. Incapable de passer cinq minutes sans se chamailler. Si tu pouvais les surveiller pour moi, ça serait sympathique.

Devant l'air un peu incompréhensif du garde, Kiro soupira et lui dit de laisser courir, qu'il devait simplement veiller à ce que personne de louche ne rentre dans la pièce. Puis, le blond prit une petite porte pas loin. Dès qu'il l'eut refermée, le calme fit du bien à ses oreilles. Il entendait toujours le beat en sourdine, mais il n'avait plus l'impression d'être directement connecté aux enceintes. Une flopée de marches montaient devant lui, menant, il le savait, au toit du bâtiment. Il affectionnait particulièrement ces endroits pour leur calme, et la vue, l'impression de pouvoir tenir le monde dans sa main, de pouvoir tout faire, tout entreprendre. Dernière porte et l'air vint lui rafraichir le visage. Pas trop tôt. Il sortit une cigarette et l'alluma avec sa main, la flamme éclaira son visage quelques secondes, puis de nouveau le noir. La vue était pas mal depuis le Rodéo Night, on voyait bien le Muon Perle, et un peu plus sur la gauche le Hell 2.

La première clope fut vite finie, il en fallait donc une deuxième. Ceci faisant, il matchait ça et là, histoire de pas rester planter au même endroit. C'est comme ça qu'il entendit du bruit venir d'un côté du bâtiment peu fréquenté. Encore une bagarre, ça va finir à l'hosto, ou à la morgue. Mais, loin de se plaindre, Kiro fut soulagé de ne pas être pris dedans. Il se dirigea vers le bruit et s'accouda sur le rebord pour voir ce qu'il se passait : Erebos était en train de se faire laminer par un autre crystanien qui avait l'air de lui en vouloir. Pas étonnant, Erebos affichait un air arrogant qui donnait envie de devenir violent. Kiro décida qu'il n'interviendrai que si ça tournait vraiment mal. Genre meurtre et tout ça ....

- Dis moi Erebos, quel goût avait ma chair, hein ? Comment as-tu pu survivre sans pouvoir, toi le rejeton maudit de tous, même de notre village!!!! Comment as-tu pu débarquer sur Enya!!

Ouaaa.... ça c'était du reproche rancunier sorti du grenier ! Ces deux phrases apportaient quelques infos à Kiro mais surtout beaucoup de question : erebos était cannibale ???? Le blond se doutait que cette grande gigue avait des gouts tordus, mais à ce point là .... Et puis qu'est-ce que c'était que cette histoire de survivance sans pouvoir. Si l'agresseur pensait qu'Erebos était démuni de ce côté, et bien il allait pas tarder à avoir une bonne surprise. Kiro posa sa tête dans sa main, tirant sur sa cigarette et attendit la suite des évènements. Erebos se relevait tandis que l'autre ne pouvait plus bouger, affichant une toute autre expression désormais qu'il n'avait plus la situation en main. Et voilà : qu'est-ce qu'il avait dit, hein ? Là est le tort qu'on les gens de sous-estimer leur adversaire. Note pour soi-même : Ne pas embêter Erebos pendant sa pause clope.

- o_O

Pour le coup, la surprise fut pour sa pomme aussi. Erebos venait d'arracher l'oreille de l'autre crystanien. J'vous jure y'a des malades mentaux en liberté ici !

- Toujours le même goût infect Aiakos.
Tu as commis l’erreur de croire que j’étais faible. Sais-tu au moins que Babylone n’existe plus ? Que les derniers survivants sont ici, sur Enya ?


Aiakos..... Nom de tordu ça aussi .... Tout comme babylone. Qu'est-ce que c'était que Babylone ? En tous cas, à en croire ce que disait Erebos, ça n'existait plus. Encore une histoire compliquée liée à Enya. Décidemment, le débarquement des lytraths sur cette planète aura été la pire chose qui leur soit arrivé à tous. Ce qui suivit fut une scène particulièrement cruelle. Cette fois, ça rigole plus. Kiro ne plaisantait plus d'ailleurs. Rien que de savoir qu'un malade pareil existait, ça le dégoutait. Pour autant, l'aura du crystanien restait ancrée dans son esprit et l'attirait. la métaphore '' comme un papillon est attiré par la lumière'' est parfaitement à propos. S'il s'approche de trop près d'Erebos, il risque de se brûler les ailes.
Une bonne raison de s'en approcher =D

Avant même qu'Erebos ne rentre dans le Rodéo Night, Kiro était revenu dans sa pièce et sirotait sa vodka sunrise, tout en jouant avec la touillette fluo. Bon, certes il n'avait pas vu toute l'action, mais à première vue, c'est Aia-truc-much qui l'avait cherché. Un point positif, au moins il s'énerve pas tout seul. Mais bon, pour ce que Aiamachin c'était ramassé dans la tête.... Il devait être mort maintenant, vidé de son sang.
Lorsqu'il vit Erebos de retour dans la foule, Kiro fut prit d'une terrible tentation. Apparemment, Erebos n'était pas très causant. Et s'il l'appelait pour un prétexte factice, ils allaient vite tourner en rond. Mais impossible d'aborder le sujet directement. RAAAAH ! ! Et c'était pas le moment d'aller se frotter à la foule.
Bon tant pis. On tente le tout pour le tout. Kiro ouvrit de nouveau la porte ( décidément quel courant d'air <_< ) et accosta une fois encore son gardien de porte.


- Dis-moi ... ton oreillette est bien reliée à celles des autres n'est-ce pas ?

- Euh .... on peut les appeler ouais ...

- Ok, appelle Lilith, faut que je lui parle.

- Mais euh ...

- Mais euh quoi ? Allez ! Tu risques rien, si ton patron est furax, ça sera de ma faute. Appelle-le.

- Euh ... d'accord.

[J'ai supposé que les interrupteur ne permettaient que de bipper les agents pas de communiquer avec eux, mais si tu préfères que je change ce point y'a pas de soucis, je le fais Razz ça me dérange pas]
L'homme appuya sur une partie de son oreillette qui fit, visiblement, sonner le central. De là, il demande Lilith et passa l'oreillette à Leysuke. Kiro, ou de l'art de se compliquer les choses. Il revint dans la pièce et scruta la foule pour repérer le crystanien. Puis enfin il l'eut en ligne. Surement devait-il s'attendre à avoir son collègue.

- Tu as encore du sang sur la joue.

Simple entrée en matière *D*. Kiro ne lui laissa pas le temps de lui répondre et dit le reste d'une traite.

- Dis-donc, je ne sais pas ce que ce type t'avait fait, mais il est visiblement dangereux d'être ton ennemi. Heureusement qu'il n'y avait personne pour te voir, comme un journaliste ........ ou un Dansalien. J'imagine que les conversations sur ce canal ne doivent pas être sécurisées..... Enfin j'espère juste que la pénombre de cette ruelle n'empêchera pas les photos de rendre un bel effet.

[je ne continue pas plus loin pour te permettre de répondre ^^]

_________________
- Doyen du Forum -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erebos Lilith
Peuple de Crystania / Modo
 Peuple de Crystania / Modo
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2008
Age : 36

Autres
Métier: Videur du Rodéo Night
Age du personnage: 31
maître de /esclave de: Personne.

MessageSujet: Re: Boys will be boys... [PV]   Jeu 10 Juil - 9:43

Après m’être assuré que ma tenue était impec’ je retourne en salle. Même si liquider ce pourri m’a soulagé, il est évident que ma fureur est encore palpable pour ceux dont la sensibilité est forte. Dans la foule, il y a ceux qui comprennent qu’il vaut mieux ne pas me chauffer, et ceux qui n’ont qu’un petit pois dans la tête et qui s’amusent en toute innocence ou presque. Des effluves de luxure émanent de beaucoup de clients, surtout des Enyans. Ma perception s’en perturbe quelque peu. Violence, haine, désir, colère sont tout autant de sensations se mélangeant pour finir en un cocktail dangereux. La musique assourdissante résonne dans ma tête. Sur mon chemin, quelques Lytraths me laissent passer. Il est difficile pour moi de définir ce qu’il se dégage d’eux. J’entends un murmure, comme un souffle. Une voix androgyne.

- Tu as reçu mon présent, Erebos ? Mes allumettes t’ont-elles été utiles ?

Je tourne la tête vers cette voix attirante, mais avant que mon regard ne se pose sur le propriétaire de cette voix qui commençait à apaiser mon esprit, mon oreillette retentit légèrement. Je porte donc la main jusqu’à elle, m’apprêtant à prendre la communication.
Avant même de prendre la parole, j’entends une voix, qui n’appartient pas à un de mes collègues. S'en émanait un accent hautain, amusé et assuré. Un ton qui ne me plait pas du tout et que j’ai tout de suite identifié. Mais plus que cette voix, ce sont les paroles qui m’interpellent. J’oublie aussitôt celle, douce et désirable, d’il y a quelques secondes. Du coin de l’œil menaçant, je regarde la salle VIP. Leysuke enchaîne sur une suite de propos qui me fait bouillir de l’intérieur. Il est au courant. Comment ? Je n’ai pas du tout senti sa présence tout à l’heure ! Il faut dire aussi que mon état d’avant est flou dans ma tête, et à part Aiakos, rien ne pouvait attirer plus mon attention. Putain de merde, il va falloir que je songe sérieusement à être plus attentif dans mes excès de colère. Si je ne peux gérer cette dernière, il faudrait au moins que je contrôle ma perception… Evidemment, je sais qu’il ne reste aucune trace de sang sur mon visage, mais « l'entrée en matière » du Dansalien avait pour seul but de m’interpeller…de façon tranchante.
Ses propos sont une menace, il ne faut absolument pas que je tombe dans son jeu. Je me dirige hâtivement vers les escaliers menant à la salle que je monte à vive allure. Un seul regard au garde lui fait comprendre qu’il doit déguerpir. Je fixe Leysuke, mes émotions multiples toujours ancrée en moi, mais ma violence contrôlée est la plus manifeste.


- Monsieur Leysuke, je crois qu’un entretien avec vous est impératif. Il y a une chose dont je souhaiterais vous faire part.

En gros, « tu rentres et on va s’expliquer » serait la bonne traduction. La politesse employée doit bien amuser mon vis-à-vis, mais il serait déconseillé pour lui dans l’immédiat de se foutre de ma poire. S’il est puissant comme je le pense, il aura compris le réel ton de ma phrase. Aussi je pénètre dans la pièce. La lumière se tamise ne laissant presque plus de luminosité ambiante. Je me tourne vers lui alors qu’il m’emboîtait le pas. La porte se ferme aussitôt dans un claquement sec et se verrouille. J’ancre mon regard hostile dans le sien, gardant le silence quelques instants très courts, qui semblent une éternité. Puis je le romps.

- Qu’est-ce que tu me veux.

Mon ton est un peu trop tranchant. Non interrogatif, même s’il s’agissait bien là d’une question. A l’impératif. La familiarité n’est pas vraiment volontaire. Je ne manque pas de respect à Leysuke, mais je ne courbe pas non plus le dos devant lui. Je ne le crains pas, même si ses menaces antérieures sont redoutables.
Dans la pénombre, je remarque que sa silhouette en jette pas mal, ce qui explique l’admiration qu’on peut lui témoigner. Il serait faux de dire que je ne trouve pas cet homme beau et élégant. Mais dans l’instant, il représente un obstacle à mes projets.

_________________
Responsable de l'extinction de Babylone, recherche ses survivants pour les exterminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/frenchsingerrobert
Kiro Leysuke
Peuple de Dansale/ Admin
  Peuple de Dansale/ Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 20/01/2008

Autres
Métier: Directeur du Dark Side Palace
Age du personnage: 38 ans
maître de /esclave de: Lui-Même

MessageSujet: Re: Boys will be boys... [PV]   Jeu 10 Juil - 17:23

Dès que Kiro eut fini de parler, un sourire satisfait et excité à la fois vint se dessiner sur son visage. Au lieu de lui faire peur, le regard noir envers lui que le crystanien lui avait lancé depuis la foule l'avait électrisé. Il jouait avec le feu, il le savait, mais il aimait tellement ça. Il vit Erebos se précipiter vers les escaliers. Kiro sortit alors de la pièce. Pour l'accueillir en quelques sortes. Son garde lui lança un petit regard si jamais Kiro voulait quelque chose. Le dansalien ne fit que lui sourire et dire à voix basse :

- Il est dangereusement en colère.

Le garde n'avait pas tout entendu, il lui demanda de répéter mais à ce moment, Erebos entra en scène, submergé par une colère magnifique. Ses deux yeux sont noirs de cette colère que Kiro imagine sans mal destructrice. Un seul coup d'œil à son collègue, et celui-ci s'en va. Vite. Kiro lui est nonchalamment adossé à côté de la porte, les bras croisés et un petit sourire mi-amusé mi-satisfait aux lèvres. Il voulait voir Erebos, il avait eu ce qu'il voulait. Il voulait une situation de conflit avec Erebos. C'est ce qu'il avait maintenant.

- Monsieur Leysuke, je crois qu’un entretien avec vous est impératif. Il y a une chose dont je souhaiterais vous faire part.

Kiro du user de toute sa force de concentration et sa volonté pour ne pas exulter de joie. Ce n'était qu'un détail futile et éphémère, mais il sentait dans sa bouche et dans son être entier le doux et jubilatoire gout de la victoire. Qu'il savait de très courte durée et terriblement instable, mais il ne pouvait s'en empêcher. C'était tellement jouissif. Il s'efforça pourtant de ne pas le montrer. Déjà qu'Erebos était sur les nerfs, il n'allait pas faire la bêtise de le provoquer ouvertement, sinon le jeu tournerait court. Et ce que voulait Kiro, c'était de poursuivre ce jeu le plus longtemps possible. Le dansalien suivit le crystanien dans la pièce VIP. La lumière baisse, plongeant la pièce dans une pénombre qui n'aide en rien l'excitation de Leysuke à descendre. Bien au contraire. Si avant cela, ce n'était qu'une excitation liée au danger de la situation, au fait de jouer avec sa vie, il y avait maintenant une excitation de proximité. On ne contrôle pas les hormones comme ça, même lorsqu'on approche la quarantaine. Dans son esprit, et ce depuis des années, le noir était associé au sexe. C'était donc pas de sa faute ! Néanmoins il se calma, ferma les yeux l'espace d'une seconde pour respirer à fond, calmer son cerveau et son coeur qui tous deux s'emballaient beaucoup trop vite. Il n'avait pas un simple crystanien en face de lui. Il tenait à ses oreilles !
La porte se referme à clé derrière lui. Pas très rassurant, vu à quel lascar il avait affaire. Mais s'il y avait bien un point sur lequel Kiro ne doutait jamais de lui, c'était au sujet de ses pouvoirs. Il n'y avait qu'une seule personne capable de le terrasser. Et cette personne était morte.


*comment je peux arriver à penser à lui dans un moment pareil ? faut vraiment que je me fasse soigner !*

Le ton tranchant d'Erebos le ramena à la réalité. Ca ne rigole plus, Erebos venait de le tutoyer et de lui donner un ordre. Bon, sur ce point on ne va pas jouer les insoumis rebelle idiots. Ce n'est pas le sujet. Même si le fait de se voir donner un ordre par un brun ne lui plaisait pas forcément. Erebos avait marqué un court temps avant de parler, maintenant c'est à Kiro de garder le silence. Car il est occupé à soutenir ce regard. Est-ce ce regard qu'Ai... Aia... bref l'autre avait vu avant de mourir ? Sans doute pas. Il n'était pas à son maximum même si les pupilles n'exprimaient envers lui qu'une hostilité indéniable. Il soutint ce regard sans mal. Si Erebos avait voulu le massacrer, il l'aurait fait maintenant, il n'aurait pas posé de question. Preuve de plus que cette histoire de Babylone sentait mauvais et que Kiro avait vu juste quant au moyen d'avoir une emprise sur ce videur arrogant. Il n'avait évidemment aucune photo, aucun enregistrement non plus, mais Erebos n'en savait rien, et Kiro est un très bon menteur.


- Je savais bien que tu étais venu chercher quelque chose ici.

Il contourna Erebos et alla chercher son verre de J&B, qui désormais était presque chaud. La main entourant le verre rafraîchit discrètement la boisson pour qu'elle soit à bonne température. Il en but un peu reposa son verre et se redirigea vers Erebos. Ce type pensait que Kiro faisait ça avec une arrière pensée. Dans un sens oui, mais Kiro n'avait besoin de rien venant d'Erebos. Ce dernier l'avait juste énervé et avait donné envie au blond de jouer avec lui. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour tuer l'ennui.
Mais maintenant qu'Erebos était là devant lui, éblouissant de son aura malsaine et irrésistible, Kiro se félicita d'avoir menti. Il décida de jouer la carte de la provocation prudente.


- Ce que je veux .... venant de toi ...

Il se rapprocha de plus en plus jusqu'à être vraiment très proche d'Erebos.

- Il y aurait des tas de choses que je voudrais venant de toi...

Il pouvait sentir le souffle d'Erebos sur sa peau, il pouvait sentir la colère qu'il contenait en lui. Il laissa deux de ses doigts venir attrapper une mèche de cheveux puis glisser sur la joue. Le court espace temps où les doigts de Kiro furent en contact avec l'épiderme d'Erebos, il augmenta légèrement la température au bout de ses doigts, pas pour brûler, mais pour mieux faire ressentir son passage, et laisser une impression impérissable. Tout ce temps, il n'avait pas quitter le crystanien des yeux. Enfin un sourire malicieux étira ses lèvres et un de ses sourcil s'arqua en un mouvement provocateur. Il s'éloigna avant qu'Erebos ne trouve séduisant l'idée de lui tordre le coup. Il revint à son verre.

- Les photos sont en lieu sûr, et je n'ai aucune raison de te causer du tort. Du moins pour l'instant.

Voilà. Erebos présumait, s'attendait à ce que Kiro veuille quelque chose. C'est chose faite. Ces photos, bien qu'imaginaires, ( mais chut faut pas l'dire xD ) étaient une sorte de garantie. Il se retourna vers le videur.

- Je te conseillerai pourtant de ne pas faire ça n'importe où. Dansale effectue des surveillance satellite sur toute la planète.

Cette dernière phrase n'était en rien menaçante. C'était un conseil et une info gratuite. Profitez, c'est les soldes Very Happy

_________________
- Doyen du Forum -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erebos Lilith
Peuple de Crystania / Modo
 Peuple de Crystania / Modo
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2008
Age : 36

Autres
Métier: Videur du Rodéo Night
Age du personnage: 31
maître de /esclave de: Personne.

MessageSujet: Re: Boys will be boys... [PV]   Lun 18 Aoû - 23:00

Je ne le quitte pas des yeux un seul instant. Je suppose que mon expression ne doit pas être vraiment neutre, même si je lutte pour ne pas le projeter contre le mur. Les pupilles dilatées, le manque de lumière sûrement, je soutiens le regard qu’il me renvoie. Je sens qu’il essaie de me sonder, toujours avec cette même assurance qu’il affiche depuis le début. Il ne ressemble en rien à tous ces personnages que j’ai pu rencontrer sur Enya. Pas d’inconscience, de crainte, il n’est même pas impressionné. Sa confiance en lui semble son atout majeur, il doit s’estimer nettement au dessus de tous. Tout est trop « parfait » chez ce type pour qu’il soit infaillible. Quelque chose cloche.

- « Je savais bien que tu étais venu chercher quelque chose ici. »

Et voilà, encore un curieux. Comme je déteste ce genre de type qui ne peuvent pas s’empêcher de mettre leur nez dans les affaires d’autrui ! Ne sais t’il pas que la curiosité est un très vilain défaut qui peut conduire à la perte de soi ? Sa vie est-elle ennuyeuse au point de pour de se mêler de celle du premier qui passe ?

- « Ce que je veux ...venant de toi ... »

Il me contourne, je le suis du regard un bref instant, puis mon ouïe prend le relai lorsqu’il entre hors de mon champ de vision. Je tourne la tête pour rétablir le contact visuel. Son verre d’alcool en main, il s’approche lentement de moi, jusqu’à pénétrer mon périmètre intime. Ce qui me déplait fortement. Patience Erebos, retiens ta fureur.

- « Il y aurait des tas de choses que je voudrais venant de toi... »

Les battements de mon cœur s’accélèrent, je ne souhaite pas que Leysuke sache qu’il est en train de me pousser à bout aussi, je contracte un bonne partie des muscles de mon corps. Il attrape une mèche de mes cheveux. La sonnette d’alarme est déclenchée, un frisson me parcourt le corps, mes pupilles se rétractent. Tous mes sens sont en alerte. Le peu de lumière environnant vacille, aussi bien dans la pièce, que dans l’ensemble du night-club. Evidemment en bas, sur la piste de danse, personne ne se rend compte de rien. Ca ne doit pas être le cas au bar, ainsi que dans les autres pièces de l’établissement.

- « Erebos, tout va bien ? Il semblerait qu’il y ait un problème de courant, il faudrait que tu ailles jeter un coup d’œil au local électrique et voir s’il n’y a pas de rat ou autre vermine qui s’amuse avec l’installation. Je doute qu’on nous envoie un électricien à cette heure. Reçu ? »

J’ignore ce message. Kakumei commence à avoir l’habitude de mes « réponses » inexistantes. Le dansalien quant à lui, s’est retiré de mon espace non sans avoir laissé une trace de son passage sur ma joue. Son petit manège se clos par une petite expression presque de défi, qui démontre bien qu’il prend cette histoire pour un jeu. Un jeu dangereux, il le sait, et c’est sûrement ce qui l’attire. Et bien il va être servi. Mais les dernières phrases qu’il prononce n’ont pas l’effet escompté. Enfin, si son but est de me menacer, c’est loupé, si c’est pour me faire chanter, encore moins. Mes muscles se décontractent de nouveau, mon regard retourne à la normale et à mon tour un petit rictus arque très légèrement le coin de mes lèvres.

- Pfff… Je n’ai que faire de tes « recommandations ». Je ne sais pas ce que tu comptes obtenir de moi, je n’ai rien à te proposer, même si je le voulais. Quant à tes photos…

La porte se déverrouille tandis que le verre de J&B s’échappe des mains de son propriétaire pour se déverser sur….sa belle chemise. Je passe le dos de ma main sur ma joue sur laquelle je sens encore la présence de Barbie. C’est juste ma façon de répondre à ce geste.

- Offre-moi du concret. Les paroles ne sont rien. Cependant, ne m’envoie pas n’importe qui pour m’espionner, ça ne serait pas vraiment amusant.

Je porte la main à mon oreillette. Juste un petit signal pour Kakumei. Il temps à présent de prendre congé. Je me sens….apaisé ? Hum, c’est étrange. J’aurais même presque envie de rire. Je sens que je peux m’éloigner sans crainte, chose que je fais. Je reste cependant très prudent. La lumière augmente d’intensité à nouveau. A la porte, je me tourne une dernière fois vers Leysuke.

- Au fait, pour les satellites de Dansale…Merci pour l’info. Je vous souhaite une excellente fin de soirée M. Leysuke.

Je regarde l’agent qui se tient à l’entrée de l’isolée lui sommant d’un geste de tête de quitter les lieux. La porte se verrouille. Oui je sais, c’est une mauvaise plaisanterie. Mais, je ne sais pas pourquoi, j’en ai eu subitement l’envie. Je sais que ça ne sert à rien puisque Pamela va sortir de cette pièce sans aucune difficulté. C’est ce qui compte non ?
Et bien, je vais aller fumer un petite cigarette….




HJ: j'ai préféré tourné court. Si on s'éternise, je sens que ça va devenir mauvais. Si ça ne te conviens pas, fais-m'en part pour qu'on trouve une solution.
Navrée pour le temps que j'ai mis à répondre...

_________________
Responsable de l'extinction de Babylone, recherche ses survivants pour les exterminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/frenchsingerrobert
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Boys will be boys... [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Boys will be boys... [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TNA 4 janvier. Scott Hall, X-Pac, Nasty Boys... et Hogan!
» Canadian aid worker guilty of assaulting Haitian boys
» Nils Relationships || You like Swedish boys ?
» 01. Boys don't cry | Chambre étudiante de Stevie Evans
» TEDDY ? I wanna be where the boys are / fini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
°0° Enya °0° :: ~>• Pasiphae : Les autres lieux • :: Le Rodéo Night-
Sauter vers: