AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Là où Personne n'ait réapparu [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiro Leysuke
Peuple de Dansale/ Admin
  Peuple de Dansale/ Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 20/01/2008

Autres
Métier: Directeur du Dark Side Palace
Age du personnage: 38 ans
maître de /esclave de: Lui-Même

MessageSujet: Là où Personne n'ait réapparu [libre]   Mer 12 Mar - 19:17

Le soleil du matin éclairait les décombres de l'usine avec une puissance ironique. Les moindres morceaux de verres, de tôle, ou de métal reflétaient et propageaient les rayons de lumière dans tout le bâtiment, en ruine. Il n'avait qu'une partie seulement sous les yeux de ce qui restait de l'usine désaffectée après l'explosion fatale, pourtant cette partie s'étendait sur des centaines de mètres. Il avait abandonné les recherches, ayant exploré tous les recoins où il avait pu aller, il avait même demandé à l'un de ses hommes d'aller voir pour lui, usant de son pouvoir de lévitation. Mais même avec ça, aucune trace de Miyo ou de son enyan. Ou même de son assassin. Combien de fois était-il venu ici sous prétexte de faire le point sur ses pensées, il ne les comptait plus. Au final, il repartait le coeur plus douloureux qu'avant et rien ne s'éclairait, aucune solution ne lui parvenait.

- Tu m'auras dominé jusqu'au bout, Miyo .....

Un groupe d'oiseau passa au-dessus de lui, piaillant leur joie de vivre. Son regard ne put se détacher des murs taggés et en mauvais état. C'est dans cet endroit infect que Miyo était mort, au milieu de ses ruines..... et .... Sans lui. C'était très égoïste mais Kiro ne lui avait jamais dit. Miyo n'avait jamais su ce que Kiro avait au fond de son coeur. Mais peut-être était-ce mieux ainsi.


Il releva la tête un instant et prit une profonde inspiration.


- Tu sais très bien que je ne suis pas du genre à trop rester sur le passé, je crois que c'était un de nos trop rares points communs. J'ai pas l'air con à parler dans le vide, mais .... il faut que je te dise ..... je ....

Même comme ça, il n'y arrivait pas. De toutes façons c'était trop tard, quoi qu'il dise maintenant ça ne changera plus rien, Miyo n'allait plus revenir, Kiro n'allait plus jamais le revoir. Il porta la main à sa poitrine. Putain, ça fait mal quand même. Une impression de déchirure intérieure, comme si on avait prit de force le plus important, laissant le reste sans rien d'autre que de la fatalité pour continuer. Le blond secoua la tête. Il suffit. Stop. Il était venu là pour oublier tout ça, tirer un trait définitif, ne plus se laisser hanter par l'image du Dansalien.

- Je vais t'oublier. Toute ma vie depuis que je t'ai rencontré, je n'ai cessé de vivre pour toi.

Il eut un petit rire amer.


- Si tu savais comme je m'en foutais de tes idéaux au début, tout ce que je voulais c'était être près de toi. Tout ce que je voulais c'était que tu me regardes. Je suis pathétique hein ? Ouais ..... Je sais. Il faut que ça finisse maintenant. Tu es mort. Merde .....

Il retint des sanglots qui menacaient de remonter.


- Tu n'es plus là. Définitivement. Alors je fais quoi moi ? Je n'ai pas d'autre choix que de ... de te laisser derrière moi. Je reste tout seul ici, je peux pas faire autrement, tu sais très bien que je suis pas du genre suicidaire. Et puis à quoi ça servirait .....? Je suis déjà assez pathétique de revenir ici, je le serai définitivement si je me donnais la mort pour quelque chose de vain, inutile et minable.

Une longue pause. Le soleil se levait tranquillement, comme si de rien n'était. Parce qu'en réalité, ce jour n'avait rien de spécial. Lui-même n'avait rien de spécial, et sûrement que Miyo aussi, n'était pas quelqu'un de spécial. Il aurait voulu dire encore beaucoup de choses. Des choses qu'il avait imaginé dire à Miyo de son vivant. Mais maintenant qu'il était devant l'endroit où le dansalien avait rendu la vie, il trouvait ça pathétique et .... limite monstrueux. Il desserra les doigts, lâchant des fleurs qu'il venait de serrer comme s'il pouvait imprimer un message sur leur tige. Il tourna les talons et, s'allumant une cigarette, repartit vers le train de sa vie quotidienne.


Dernière édition par Kiro Leysuke le Ven 22 Aoû - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiro Leysuke
Peuple de Dansale/ Admin
  Peuple de Dansale/ Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 20/01/2008

Autres
Métier: Directeur du Dark Side Palace
Age du personnage: 38 ans
maître de /esclave de: Lui-Même

MessageSujet: Re: Là où Personne n'ait réapparu [libre]   Mer 20 Aoû - 18:45

[Quelques semaines plus tard ]

L’aube se levait au loin. Les jambes dans le vide, Kiro était adossé à un pan de mur qui s’était effondré et affaissé contre un autre, tout en haut de ce qui restait de l’usine désaffectée. Cette partie là était quasiment sans danger. Quasiment car un bâtiment qui s’est écroulé à moitié n’est jamais sûr. Finalement il venait plus souvent là qu’il ne l’avait dit.

Le schéma était le même. Quelques fois, dans les rumeurs de la ville, on entendait des choses bizarres. D’habitude, quand une bizarrerie inexpliquée survenait, les gens avaient l’habitude de dire « c’est encore un dansalien ça ». Mais ce « un » qui prouvait le caractère futile de la remarque s’était transformé en « le ». Une différence de langage qui pourrait paraître bénigne et insignifiante. Et pourtant, ce « le » résonnait dans sa tête comme un appel. Alors il s’enfermait dans son bureau et passait des coups de fils à tort et à travers pour essayer de se renseigner, ou alors il écumait les bas-fonds de Pasiphae, déguisé, et essayait de tirer les vers du nez à quelques clandestins qui avaient l’habitude de s’aventurer dans la forêt. Mais rien. Alors ça se finissait toujours pareil. Il revenait ici. Il revenait ici et tentait de repousser les limites des zones explorées. A ses risques et périls, plusieurs fois il était rentré avec des blessures, des déchirures.

Et aujourd’hui encore il n’avait rien trouvé. Plus ça allait, plus il pensait que Miyo était en dessous de tout ça, dans des sous-sols ou une salle inaccessible. Peut-être qu’il devrait venir avec une pelleteuse. Mais faire ça sans attirer l’attention du Muon Perle, ou pire de Dansale, c’était impossible.

Il faudrait qu’il arrête de s’acharner. De toutes façons si Miyo est en dessous, il est mort. Et rien ne pourra le ramener à la vie. S’il est en dessous. C’était bien là l’interrogation qui le taraudait. Cet espoir était vain et plus douloureux qu’apaisant, mais Kiro n’arrivait pas à lâcher prise. Miyo avait survécu à tellement d’évènements, à tellement d’attentats, d’affrontements, qu’il lui était impossible de mourir là, dans cette usine oubliée de tous.
Yume était en train de faire son enquête, peut-être qu’ainsi il aurait des réponses à ces questions.

Si Miyo était en vie, où était-il ? Et pourquoi se cachait-il ? Ils n’avaient pas entretenus de bons rapports les derniers temps où ils s’étaient côtoyés, mais Kiro osait espérer que Miyo saurait venir à lui quand même. Kiro serait prêt à lui accorder son aide dans la seconde et sans condition. Il serait même heureux de lui céder son pouvoir sur la ville, de lui passer le flambeau s’il le demandait . Si seulement il pouvait revenir.

Inspiration – Expiration. Ca n’arrivait pas à soulager la pression qui lui comprimait le cœur et la poitrine. Quelques années auparavant, il se serait senti perdu à la mort de Miyo, il aurait perdu un mentor, un guide, un idéal. Mais pas aujourd’hui.
C’était un morceau entier de son être, de son passé et de sa raison d’être qui était mort. Miyo avait été l’élément déclencheur de sa vie, pas sa vie au sens biologique, mais au sens éthique. Kiro s’était libéré du carcan familial grâce à lui. S’il n’avait pas intégré l’A.S., il serait sans doute revenu dans sa famille, la queue entre les jambes. Ses valeurs, ils les avait forgés avec lui, grâce à lui, à ses côtés. Des valeurs qu’il avait conservé depuis et qu’il conserverait sûrement toute sa vie. Les notions de loyauté, d’égalité, de justice.

Sans Miyo, il n’aurait pas connu les plus belles années de sa vie. Sans Miyo, il n’aurait pas connu non plus les plus grandes souffrances de son existence. Mais bon, si l’on a une médaille, on a aussi son revers. Et s’il devait recommencer, il irait de bon cœur risquer de nouveau sa vie pour sauver celui qui, à jamais, restera l’amour de sa vie. Peut-être qu’il changerait la dernière partie. S’il pouvait recommencer, il se débrouillerait pour faire comprendre à Miyo qu’il était de son côté, quitte à perdre la face, quitte à perdre tout ce qu’il avait acquis. Et ainsi peut-être, aurait-il évité sa mort.

Pour qui allait-il se battre maintenant ? Pour les enyans ? Pour lui-même ? Kiro est incapable de faire quoi que ce soit pour lui-même. Depuis sa jeunesse, c’est toujours pour autre chose. Pour une cause, pour une organisation, pour une race…. Toujours. Et maintenant que son champ d’action pour les enyans était quasiment réduit à néant, il sentait sa vie perdre sa dernière raison d’être. De l’eau qui lui coulait entre les doigts, sans qu’il ait la moindre possibilité de retenir.


- Tu saurais quoi faire, toi….. Tu saurais décider…. Qu’est-ce que je dois faire ? Qu’est-ce que je dois faire ?

_________________
- Doyen du Forum -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Là où Personne n'ait réapparu [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans l'espace, personne ne vous entendra tirer [Libre/Nyla Lirantch]
» « Nous ne sommes les valets de personne » † Lusitania & Libre
» Plus rien, ni personne. (libre)
» Chacun sa route chacun son chemin ? [ Libre 1 Personne ]
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
°0° Enya °0° :: ~>• Pasiphae : Les bidonvilles • :: Usine désafectée-
Sauter vers: